28 novembre 2022

Jour 31: Premier mur

 

Il aura duré une semaine mais j'ai eu beaucoup de misère la semaine dernière au niveau de la motivation. « On ne veut pas des excuses, on veut des résultats » qu'on dit? Ben j'ai rien à dire. Je comprends que le poids ça fluctue et que c'est possible que le poids varie d'un jour à l'autre mais je fais attention à ce que je mange, à défaut d'être régulier sur mon entraînement et vendredi, j'ai triché. 

J'ai déjà déterminé que mon jour de pesée, c'est le lundi. Ça rend ça simple pour tout le monde (bon ok, ça ME rend ça simple) et ça donne une certaine routine à ma patente. Vendredi, j'ai triché en me pesant en dehors de ma journée officielle. J'étais à 300 livres. Encore 5 de mois qu'avant. Yé moi!

Mais aujourd'hui, j'ai tout repris. Étais-je moins plein que d'habitude? Suis-je bourré d'eau aujourd'hui? Je sais pas mais aujourd'hui, je suis fâché contre moi pour ne pas avoir été marcher aussi souvent qu'il faut. Faut que j'y aille plus. 

J'ai pris le taureau par les cornes cet après-midi et je suis allé pour une marche assez rapide comparativement à d'habitude et ce, pendant 50 minutes. Une boucle de 4 kilomètres en espadrilles dehors et ça m'a fait du bien. Je m'en rends compte et je le comprends maintenant. 

Faut que je le fasse plus. 

Allez! Je m'étais donné un objectif de 20 livres par saison. Me reste un mois pour arriver à 300 livres pour Noël. Je suis capable mais faut que remette la main à la pâte. Fini, avoir la larve, même si c'est crissement pas évident. 

GO FRANÇOIS, GO!

21 novembre 2022

Jour 24: stabilité et amélioration

Je suis fier de moi. Je viens de sortir du tapis roulant à une vitesse intéressante et pendant une bonne durée. J'estime que c'est probablement un bon 30-40% plus rapide que la vitesse que je prenais quand j'ai commencé il y a un mois et j'ai marché 35 minutes au lieu de 25 à mes débuts. Plus de mal de genoux, plus de mal de pieds, une petite douleur dans le bas du dos quand je commence qui se résorbe après quelques minutes, une fois que je suis réchauffé. 

Je suis fier de moi. J'avais AUCUNE envie d'aller sur le tapis roulant. J'étais à ça de dire «Fuck It» mais non, j'm'ai botté l'cul et j'ai marché pendant tout le dernier épisode de Moon Knight; c'est pas la meilleure série de Marvel mais c'est pas aussi pire que Les Éternels. 

Je suis fier de moi. J'ai pas perdu de poids cette semaine mais j'en ai pas gagné non plus.

Je suis fier de moi. J'y vais à mon rythme +, c'est à dire que normalement j'en ferais un peu moins parce que souvent j'ai la larve mais que cette fois-ci, je me botte le cul plus souvent. 

Je suis fier de moi. 

18 novembre 2022

Jour 21: Vous êtes fins. Vraiment!

 

C'est plus difficile que je pensais de changer des habitudes de vie, surtout quand t'as pas une urgence immédiate qui te pend au bout du nez. Je ne fais pas de diabète (enfin, pas que je sache), pas de problèmes de coeur, mes reins sont OK, je suis «juste» obèse morbide et essoufflé à rien mais dans le quotidien, j'ai rien qui ne m'oblige à changer drastiquement ma vie, à défaut qu'un meilleur mot.

Ce qui fait que j'oublie. Dans la foulée des choses qu'on fait quand on souffre d'un léger trouble de déficit d'attention adulte, je me couche le soir en repensant à ma journée et tout à coup, je me coche la tête sur le mur en me disant que fuck, j'ai pas pris ma marche aujourd'hui. 

Je sais, vous allez probablement être quelques-uns à me dire de ne pas m'en faire trop avec ça, que ça doit pas être une torture d'aller marcher mais aussi de ne pas me flageller quand je n'y vais pas ou quand j'ai pas le temps mais la vérité, c'est que je m'en veux un peu à chaque jour que j'oublie ou que je ne suis pas à la hauteur de l'entraînement que j'aimerais. Faut que je me botte le cul plus. Pas virer fou mais réellement intégrer mon entraînement à ma routine de vie. 

Cela étant dit, merci à tous ceux qui m'accompagnent. Ma collègue Caroline qui m'a donné un livre/journal de bord alimentaire en me disant que plus j'ai d'options pour m'aider, plus j'ai de chances de trouver la manière efficace de fonctionner. Nicolas qui m'écrit régulièrement en me rappelant d'y aller à mon rythme. Ma blonde qui me rappelle que ça fait longtemps que j'ai pas écrit et que ça m'aide à exprimer ce que je ressens, ce qui est 100% vrai. Ma journaliste, Catherine, qui me félicite de prendre les marches au bureau plutôt que l'ascenseur. Luce-Gabrielle qui m'a fait savoir qu'elle et son copain avaient maintenant intégré une petite routine de cardio à leur journée. Et tous les autres messages ponctuels que j'ai reçus qui me rappellent que sincèrement, je pense avoir mis le doigt sur quelque chose qui plane sur nos têtes en tant que société, la sédentarité. 

Évidemment que je le fais pour moi, mon but premier étant de reprendre ma vie en main. C'est pas un stunt pour la radio, c'est pas une tentative d'aller chercher de la sympathie, c'est de changer de façon permanente mes habitudes de vie. Je mentirais si je disais que ça ne fait pas chaud au coeur de recevoir vos messages mais, sans vexer personne, je le fais pour moi et je me sers de ce journal pas-si-intime pour extérioriser mes impressions et vous permettre de suivre mon cheminement. Maintenant que c'est dit, faut que les bottines suivent les babines de ma part. 

Avant de finir mon texte d'aujourd'hui, l'image en haut c'est ce que ma Apple Watch m'a envoyé comme bonne nouvelle. Mon coeur fait 6 BPM de moins en moyenne depuis quelques semaines. Ça fait 2 millions de battements de moins sur les 40 prochaines années. Théoriquement, je viens d'ajouter 3,5 ans à ma vie. Yé!

14 novembre 2022

Jour 17: Le poids de la vie


Quand j'ai créé ce blogue, j'avais deux objectifs. Premièrement, améliorer ma santé en général. Je faisais 320 livres, était essoufflé à rien et avais un mauvais rapport avec la nourriture. Deuxièmement, donner des nouvelles régulièrement afin de pouvoir permettre à quelqu'un qui veut entreprendre la même démarche que moi de se sentir moins seul, de savoir qu'on partage les mêmes écueils. 

Jusqu'à date, j'ai failli sur un des deux et l'autre va moyen. 

Commençons avec l'échec. La semaine dernière, j'ai passé une semaine de merde, sur tous les plans. La motivation aura été moins que présente et surtout dans le respect du plan de la tenue du blogue. Une semaine sans écrire, moi qui avais l'intention de le faire quasi-quotidiennement. Je me promets que je vais recommencer plus régulièrement, que ce soit des journées où l'impossible s'est produit ou des journées tranquilles, du genre aujourd'hui, où j'ai rien fait encore. 

Avoir écrit la semaine dernière, j'aurais probablement indiqué que j'ai fait deux marches de 45 minutes dehors avec mes souliers neufs et que finalement, ça fait bien de marcher avec un rythme correct pour un gars qui ne dépensait pas d'énergie il y a un mois. J'aurais probablement aussi écrit que je réalise que je devrai mettre les bouchées doubles pour la constance vu mon horaire atypique qui fait que des fois je me lève à 4h du matin, d'autres fois à 6h30, parfois je dois me coucher à 20h30 et j'ai mes enfants 7 jours sur 14 mais pas une semaine à la fois et que mes fins de semaine c'est le lundi et le mercredi. Tout mon horaire joue contre moi alors ça va me prendre une discipline du tonnerre, chose que je ne possède pas vraiment.

Deuxième constat, la bouffe va toujours être un problème. Je dois changer mon rapport avec elle puisque je me lance dedans quand ça va pas nécessairement bien, ce qui veut dire que la semaine dernière, j'ai pas fait tellement attention. En vrai, c'est pas tant les quantités que la qualité qui me rattrape dernièrement. Quand je me fais à manger, je fais de bons repas fait maison et, sans me lancer de fleurs, je suis un cook qui se défend bien. Le défi survient quand ma motivation générale descend et que je décide d'aller me chercher un fast-food plutôt que de me préparer un repas. Les aliments transformés sont mon talon d'Achille, c'est pour ça que je devrai toujours rester vigilant, surtout quand ça va pas. 

Malgré tout ça, ma pesée du lundi m'a quand même apporté une bonne surprise; moi qui pensais avoir stagné ou pire, avoir repris du poids, je réalise que je suis quand même passé de 310 à 305 cette semaine. 

15 livres de moins. Une poche de patates et demie. C'est quand même pas pire. Un de mes objectifs, c'est de finir qu'à compter le nombre de 5 gallons d'eau de perdus éventuellement. Pour ton information, c'est 18 kilos, 40 livres. Le jour où je perds ça, je t'avertis tout de suite que ce sera le titre de mon blogue: 

Jour XX: J'ai perdu un 5 gallons 

Bon, je vais manger un morceau et le vais faire un peu de marche et de marches. J'ai une maison 3 étages, je vais monter quelques paliers.

À+


07 novembre 2022

Jour 10: 310 livres!


Je ne suis pas sorti de la fin de semaine, à part pour travailler. J'ai eu un lot de situations personnelles qui ont fait en sorte de relayer mon entraînement au second plan mais j'ai quand même été acheter mes souliers, merci au don d'une généreuse personne qui m'a permis de passer à l'achat immédiatement! Cela étant dit, j'ai quand même décidé que ma pesée officielle se ferait à tous les lundi, vu que je suis en congé.

J'ai brûlé le punch dans le titre mais j'ai déjà descendu d'environ 10 livres. Je dis environ parce que ma balance est à l'ancienne (une roulette) et que comme je fais plus de 300 livres, c'est un tour plus 20 que je voyais à l'origine et je suis maintenant à un tour plus 10. J'assume que ça doit être pas pire précis mais quand même, j'y vais de prudence, compte tenu du fait que j'ai atteint un poids plus grand que ce que la balance a été conçue pour mesurer.

C'est un peu particulier pour moi parce que je vois la marche qui s'en vient avec moins d'appréhension que j'en aurais eu la semaine dernière. Il est 13:45 au moment d'écrire ces lignes et je me prépare mentalement à sortir, malgré le vent et le mercure qui descend. Je me dis que j'aurai juste mieux mérité mon repos tantôt quand je reviendrai. J'ai décidé que même si sortir dehors me tente moyen, je vais sortir le plus souvent possible pour au moins en profiter avant qu'il fasse trop froid pour que j'aie du fun. 


En repensant à ma semaine dernière, je dois avouer que c'est spécial de voir à quel point beaucoup de gens se sont reconnus dans ma démarche. J'ai eu évidemment des messages de ma famille qui m'encourage et des messages d'amis qui me remplissent de joie. Des messages de connaissances qui me soutiennent et qui trouvent intéressante l'idée du blog. Des messages d'inconnus qui me félicitent et qui me demandent de continuer à écrire parce qu'ils réalisent qu'ils ne sont pas seuls. D'autres qui me disent qu'ils se sont inspirés de ma réorientation de vie pour eux-même commencer à bouger plus. 

Ce sera pas facile, je l'ai déjà vécu. Un petit regain d'énergie, un petit plateau, un relâchement, une reprise en mains, une période d'incertitude, un questionnement existentiel, une pause qui s'étire un peu trop, une claque derrière la tête et on revient avec un regain d'énergie. Un cycle vicieux dans lequel les étapes ne sont pas toujours en ordre mais où elles seront toujours omniprésentes. Ça sera jamais un long fleuve tranquille mais au moins, ce sera MA tempête. 

Allez! Un jour à la fois, un pas à la fois.

05 novembre 2022

Jour 8: jour de repos

 

Une semaine complète. J’ai passé à travers! Je suis sorti marcher dehors hier pour environ 40 minutes, parcouru près de 2 kilomètres. Autant que j’aime marcher sur mon tapis roulant en écoutant la télé, autant qu’il a fait tellement beau que je ne pouvais pas rester à l’intérieur. 

Aujourd’hui, j’ai passé mon tour. Je recommencerai demain mais je commence à comprendre pourquoi certaines personnes m’ont dit que j’avais tort quand j’ai affirmé que jamais ça deviendrait le fun; j’ai marché tard hier et j’ai eu mal aux jambes une partie de la soirée, comme si mon corps en avait plus envie que moi!

Ça regarde bien. 

Ce sera tout pour ce soir, j’écoute un film et c’est pas poli d’écrire une entrée de blog pendant que tout le monde regarde Harry se faire dicter par le choipeau quelle école il ira rejoindre. 

À demain, où je ferai un résumé complet de ma première semaine et où je remercierai ceux qui méritent que je le souligne. 

03 novembre 2022

Jour 6: Ça deviendra pas le fun

Quand t'est pas un sportif, le plus fascinant c'est toujours de voir les gens qui pratiquent de l'activité physique régulièrement en se disant que ça doit être moi qui n'est pas normal de pas aimer ça. De voir tous ces gens souriants devant un soleil resplendissant au sommet du Mont du lac des cygnes ou de Grouse Mountain ou du Kilimandjaro ou du centre de ski Mont-Carmel ou je sais pas trop. De se les imaginer, le corps plein d'endorphines, en train de tripper leur vie à suer comme des cochons pour quelques heures d'inconfort et de se dire «ben coudont, je dois pas être hardwired comme les autres».

Puis un grand gourou m'a déjà dit des mots magiques que je n'oublierai jamais. 

«Parsonne aime ça!»

C'est pas le chemin qui est le fun, c'est la destination. Tout le monde déteste forcer. Tout le monde déteste suer sa vie. Tout le monde déteste la douleur de l'effort. Courir c'est foncièrement plate. Mais plus tu l'intègres dans ta routine, moins ça va te sembler une corvée.

Je l'ai vécu aujourd'hui. Je ne suis pas rendu débile au point d'avoir hâte d'aller marcher 30 minutes mais quand j'ai pris ma décision d'aller m'installer sur Netflix pour écouter mon épisode de Sandman, j'ai dit «fuck it» à voix haute (je me suis surpris, d'ailleurs) et je suis descendu dans le sous-sol pour écouter mon épisode en marchant. 

Et j'ai toujours pas pris l'ascenseur depuis 48 heures. C'est con mais je suis un peu moins essoufflé que lundi. Pas beaucoup mais quand même, c'est un début. 

Je m'en voudrais de ne pas vous remercier. Je le fais pour moi mais j'ai un support incroyable de la part de plein de gens qui m'écrivent en privé et merci aux donatrices qui ont gracieusement participé à me permettre de m'acheter des souliers. Ça me crinque comme pas possible. 

Ça deviendra peut-être jamais le fun mais les jours où ça ira pas ben, j'ai juste à relire cette page et ça risque de me motiver rien qu'en masse.

02 novembre 2022

Jour 5: Changer de souliers

 

Construire l'avion en plein vol. Ou plutôt, construire la piste en pleine course. C'est ce que je fais. J'ai ironiquement eu plein de temps pour y penser mais j'ai zéro planifié avant de me lancer dans cette aventure mais évidemment, ça ne peut pas servi d'excuse pour me dire «Je mets ça en pause indéfiniment, le temps que les astres s'alignent».

Faut être réaliste, si j'attends que les conditions soient parfaites, je ne ferai jamais rien. Je préfère m'être lancé tête baissée samedi sans avoir eu trop de plan que de retarder et procrastiner parce que c'est normalement ce dans quoi je suis bon. 

-Mr Jacques, dans quoi excellez-vous?

-La radio, le karaoké, l'informatique et procrastiner. Je suis bon en estie dans le domaine de repousser la date du départ d'un projet.

Bon. Le plan s'écrit quand même tranquillement. Limiter les calories, CHECK. Recommencer à marcher, CHECK. Acheter des souliers adaptés... bientôt. Vois-tu, j'ai des souliers corrects et super confortables mais c'est pas adapté pour de la course. La bonne nouvelle, c'est que je ne fais pas encore de course. La mauvaise nouvelle, c'est que ça va arriver et, je l'espère, plus tôt que tard. J'ai aussi un budget très limité (si tu veux m'aider, tu peux le faire avec le bouton ci-dessous mais sens-toi bien à l'aise!) sauf que ça va devoir arriver et plus tôt que tard. 

Pourquoi le thème des souliers aujourd'hui? Parce que c'est ce que j'ai majoritairement reçu comme messages. «Avec les bons souliers tu vas avoir moins mal aux pieds». «Achète des souliers qui ont de l'allure et ça mieux aller» et ainsi de suite. Je sais pertinemment que ça va améliorer mes séances mais pour l'instant, je ne suis même pas à l'étape de ce qu'on peut appeler de l'entraînement. C'est plus une question de rappeler à mon corps que la marche ça existe. 

J'ai marché 25 minutes à une vitesse de tortue lundi, 30 à la même vitesse aujourd'hui. Mon but demain est de marcher 20 minutes un peu plus rapidement et d'augmenter la durée d'un jour à l'autre. Rendu à 30 minutes sans trop de problèmes, je reviens à 20 mais plus vite. Je ferai ça jusqu'à ce que je puisse aller le moindrement rapidement sans mourir et chercher mon air. J'aimerais viser 4500 pas pour l'instant ce qui est très peu pour un humain normal mais 1/3 de plus que ma moyenne actuelle d'environ 3000. Éventuellement 6000 puis 7500 mais ne brûlons pas d'étapes PLZ.

On va commencer par être capable de marcher 30 minutes sans que mes pieds, mes hanches et mon bas de dos complotent durant mon sommeil pour me tuer. Ça serait un bon début. 

01 novembre 2022

Jour 4: ouch!

 

Je me suis réveillé ce matin avec une douleur aux pieds et aux mollets. Je sais très bien que je pars de loin mais jamais je ne pensais avoir aussi mal à n’avoir que marché hier et encore là, à peine un peu plus de 6000 pas dans ma journée. 

J’ai quand même fait un homme de moi et j’ai décidé que je ne prendrais pas l’ascenseur de la journée. J’ai réussi à 50 %. Vois-tu, je travaille au quatrième étage et je fais chauffer mon déjeuner au 1er. Comme j’ai pris la décision de ne pas prendre l’ascenseur une fois que mon quart de travail était commencé, je suis parti du quatrième jusqu’au premier pour faire chauffer mon lunch, je suis remonté au quatrième. Je suis redescendu pour aller chercher mon lunch (il chauffe 40 minutes) et remonté au quatrième par la suite. Ça fait quand même deux fois 3 étages pour un gars qui a mal aux pieds, qui pèse 300 livres et qui ne faisait rien de ça avant-hier. 

Parlant de pieds, c’est vraiment plus les pieds que les mollets qui font mal. Je sens que je me suis vraiment beaucoup trop assis sur mon cul dans les derniers mois et je me sens un peu honteux de le dire mais mes pieds avaient même commencé à devenir amorphes.

Pause de tapis roulant aujourd’hui, je recommencerai demain. Un pas à la fois sinon je vais me tanner et ça, y faut pas. 


Jour 31: Premier mur

  Il aura duré une semaine mais j'ai eu beaucoup de misère la semaine dernière au niveau de la motivation. « On ne veut pas des excuses,...