29 octobre 2022

Jour 1: Le jour où j'ai admis que j'avais un problème

Si tu ne me connais pas, je m'appelle François Jacques, animateur et journaliste au FM3 à Québec. J'ai toujours eu une ossature lourde, comme le dit Eric Cartman. Ça faisait mon charme. Une certaine bonhomie, une shape contre laquelle on veut se serrer. Le «Dad Bod».

Seulement, un jour, le Dad Bod c'est ben beau mais c'est pas super pour la santé. La genèse de ma réflexion s'est amorcée quand je suis tombé coup sur coup sur un épisode de Dr Phil, ma balance à 320 lbs et Clerks III dont voici le résumé:

Je suis essouflé à attacher mes lacets.

J'ai lancé l'idée de ce blog en ondes le 29 octobre dernier (2022, au cas où tu tombes sur ce texte dans 17 ans...) et je ne sais pas vraiment ce que je vais en faire mais ça va être un exutoire de mes journées. Un texte par jour? Un par semaine? Je ne sais pas mais j'aimerais idéalement que ça puisse être une source d'inspiration pour d'autres qui se sentent comme je me sens aujourd'hui; honteux, mal, apeuré. 

Honteux parce qu'une relation malsaine avec la nourriture affublé d'une paresse physique hors du commun, c'est pas jojo et ça fait pas des histoires pour faire lever le party à Noël

Mal parce que je sais que c'est pas arrivé malgré mes efforts. C'est arrivé à cause de ma négligence.

Apeuré parce qu'à 43 ans, je réalise que j'aimerais voir mes enfants grandir sans l'épée de Damoclès d'une attaque cardiaque au-dessus de ma tête. J'aimerais être présent pour la mariage de ma plus grande. J'aimerais voir le bal des finissants de mon plus jeune. J'aimerais connaître mes petits-enfants si j'en ai un jour. 

Je me lance le défi de perdre 100 livres en 18 mois. 

Si je peux le faire, je pourrai dire que ce sera le plus gros accomplissement de ma vie après la naissance de mes enfants. Pis encore là, c'est pas moi qui ai poussé. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Jour 31: Premier mur

  Il aura duré une semaine mais j'ai eu beaucoup de misère la semaine dernière au niveau de la motivation. « On ne veut pas des excuses,...